IN PROGRESS

PROPOLIS

 

Mettre en perspective le rapport de l’être vivant à l’accident, à la conscience du risque ; graver par incident des ondes dans divers matériaux, pour créer des zones saturées de réseaux, à l’image d’une topographie des turbulences de notre monde.

 

Ce projet s’inscrit dans cette même dynamique des réseaux : il est généré à l’intérieur d’une ruche dont il s’approprie de façon expérimentale l’organisation sociétale hyper structurée.

 

Afin de préserver l’équilibre de sa colonie, l’abeille collecte inlassablement une palette de substances résineuses qu’elle transforme en un antiseptique vital pour se protéger activement de l’accident majeur.

Fort de cette observation, et en collaboration avec des apiculteurs, des supports sont installés à l’intérieur des ruches comme des corps étrangers : un ensemble de surfaces sur lesquelles l’insecte, pour se protéger et s’immuniser, a déposé  la propolis, son antidote, comme une sublime empreinte picturale.

 

Le projet PROPOLIS naît de l’idée de la multiplication de ce procédé ; il est actuellement en cours sur différents ruchers en France. Son élaboration demande plusieurs mois, le temps nécessaire aux abeilles pour la mise en œuvre d’un processus dont elles restent les maîtres.

Un territoire végétal tissé de réseaux chromatiques au dessin aléatoire que l’on peut regarder comme les pages arrachées d’un livre qui nous parlerait d’une vie intérieure.

copyright © 2020 Nicolas d'Olce