SPERMIKAZE

TECHNIQUE
Peinture aérosol, feutre, fibre de verre,
résine acrylique, peinture acrylique
FORMAT
93x58cm

Il est l’élu, c’est un spermikaze. En dessous de sa tête, collé à son ventre-cou, il y a une charge et puis sa queue. Il est la bombe et le projectile comme les deux parties de son être, calme et furieux en attendant le choc, décidé à être.
Ce qui compte, c’est d’y laisser de soi-même. Il faudra presser le ON, trois secondes, avec la queue, se lancer, fixer l’objectif et lui péter à la gueule

Je suis le spermikaze

Je suis le spermikaze d’un créateur. En moi, il y a du serpent. Je suis pressé, mou et tendu, tous azimut. Je pérégrine violemment au risque de perdre ma charge, énervé.

...
Tout en chair éclatée, j’ai perdu l’image de l’embryon que j’aurais pu être.
Je m’en fou car je commence à me faire à cette projection digitale de moi. D’ailleurs, je me remets à bouger. Je cherche mon sujet, disloqué mais décidé à jouer les contemporains protéiformes. Gonfler cette matière poétique, c’est bien moi. Et puis, foutre un coup d’air dans chacune de mes tâches, ça me réjouit franchement. Faire du soi avec du soi, ne rien perdre

NdO

NICOLAS D'OLCE